,

Prendre soin de soi

Prendre soin de soi : aujourd’hui c’est tellement facile !

Dans un monde de surinformation où tout vous est multi-conseillé voire quasi-dicté, il ne reste plus qu’à faire son marché, remplir ses paniers !!
Les voies sont balisées de maints clignotants d‘alerte et de bons conseils scientifiquement argumentés, les choix facilités, téléguidés parfois si l’on n’y prend pas garde.

Il ne reste plus qu’à laisser aller son inclinaison vers ce qui nous affecte le plus ou le mieux. « Affecte » au sens l’« affect », cet assemblage d’affectif, d’émotionnel et de sentiment ; cette part de soi  constituée de multiples parts de soi et d’autrui ainsi que de conditionnements socio-affectifs tellement incrustés qu’ils n’apparaissent plus au grand jour. C’est pourtant tout cela qui guide nos choix vers ce qui nous semble le meilleur à un moment donné pour prendre soin de soi.

Qu’ils soient faits sous le coup de l’impulsion, de l’instinct diront certains ou après longue maturation et perplexité face à l’éventail des possibles ou dans la sélection préalablement opérée tout est bon et attractif. Seule l’expérimentation de nos achats et souscriptions à des programmes divers et variés de bonne santé pourra valider ou non, ces premiers choix.

Ne vous y trompez-pas ! L’apprentissage de l’erreur fait partie aussi du chemin vers la connaissance de soi et le prendre soin de soi !!

Plus redoutable, c’est la « résistance au changement » qui consiste à devoir faire le pas vers une réelle prise en compte de soi à tous niveaux dans la vie et ne pas y arriver.

J’entends en consultations : « Comment faire ? » « Pas le temps de penser à moi, trop de choses à faire », « mon travail m’absorbe trop … pas le temps de me poser », « entre mon job, mes enfants, le petit dernier et mon mari… comment voulez-vous que je fasse ? » etc.
Ou à l’inverse : « je sais que je pourrais, mais… » « je ne sais pas pourquoi mais je n’ai rien fait de ce que vous m’avez conseillé la fois dernière pour aller voir Untel et même les conseils de mon naturopathe, je ne les ai pas appliqués plus de 2 j, pourtant je suis motivée !! » etc.

De quoi s’agit-il en fait ? De stress personnel ou familial, d’hyperactivité, de pression professionnelle, de difficulté à gérer les priorités …  sans aucun doute, produits toxiques d’une société qui compresse en barrant l’accès à la décompression.

Mais il me semble que ce visible symptomatique n’est que la partie émergée de l’iceberg et que l’apparition de ces « résistances au changement » -malgré l’envie et la motivation déclamées- mérite une visite sous-marine tout en douceur pour déceler dans quelque profondeur ce qui est accroche le regard sur le flan immergé de cette paroi bien lisse.

Tels de petits coquillages incrustés, ils apparaissent à la lumière de l’analyse, ces nœuds affectifs et émotionnels passés dans les oubliettes de l’histoire. Ramenés les uns après les autres, avec une infinie délicatesse (et non extirpés au forceps comme le font trop de thérapies), présentées avec bienveillance au consultant, ils peuvent désormais faire l’objet d’une attention soignée, au sens du prendre soin.

C’est ma conception de l’accompagnement, qu’il soit purement psychologique ou plus complet en psycho-énergétique centré sur le dégagement émotionnel.

Le travail d’acceptation trouve alors naturellement sa place et avec lui son cortège de « lâcher prise » des tensions enfouies revenues en surface.
Une nouvelle grille de lecture des aléas de la vie qui justifiaient en toute bonne foi des impossibilités à prendre soin de soi (à tous niveaux) donne un nouvel éclairage, parfois saisissant de ce qui retenait.

Dès lors la voie est dégagée, libérée. Soulagement, joie, enthousiasme !
Il ne reste plus qu’à bien choisir son panier… en prenant le temps !

 

*Cet article résonne en vous ? Souhaitez-vous témoigner ?

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire