,

Pour une grossesse tout en harmonie

La « zen attitude » lors de ce grand chambardement que constitue et révèle l’état de grossesse que ne coule pas de source !

Un parcours initiatique qui n’est pas un long fleuve tranquille !
Être enceinte est probablement la plus belle et incroyable aventure que peut vivre une femme. Ce parcours initiatique est un voyage le plus souvent enchanteur, plein de découvertes fabuleuses, d’émotions qui s’intensifient.  C’est le passage de la femme à la mère que l’on va devenir, et c’est dejà en soi, tout notre univers qui s’en trouve changé.

Ce cheminement est parfois semé d’embûches ou de freins inexpliqués qui agacent, irritent, de petits coups de « blues » qui anéantissent pour un temps et d’appréhensions car l’enjeu est terrible ! C’est qu’il faut « absolument, impérativement, le réussir ce bébé ! »

Le lien corps-esprit
Alors on se met la pression, qu’on le veuille ou pas, ou l’on ressasse le manque de confiance en soi. Ce qui n’arrange rien, bien au contraire. Pourquoi ?
Parce que la caractéristique de la grossesse est d’être éminemment psychosomatique, en raison de l’intrication entre le corps et ses innombrables manifestations physiologiques, physiques et émotionnelles, et l’esprit.

Les petits bobos
Le savent bien celles qui connaissent ou ont connu ce que l’on appelle classiquement les « maux de la grossesse ». Sans gravité le plus souvent, ils entament néanmoins le moral, perturbent l’équilibre « sensible » de la future maman dans son quotidien et ses relations avec son entourage.

En revanche, une fois que ces maux sont bien identifiés et les moyens pour y remédier à la hauteur des espoirs de soulagement, l’état moral remonte au beau fixe et le mental est aussitôt apaisé.

Que faire ? Ne rien faire ?!
Comment aider la future maman à préserver son équilibre tant physique que physiologique, affectif et émotionnel pour aborder sereinement ce véritable chamboulement qui l’interpelle au plus profond de son intimité ?

Arrêter de courir serait déjà salutaire : arrêter de vouloir faire autant, ralentir son rythme et prendre du temps à … flâner ! eh oui, réapprendre à faire des pauses, de temps en temps ne rien faire !! (Et tant pis si la chambre de bébé n’est pas encore tapissée !)
En apparence il ne se passe rien, en profondeur, tout est là. Il suffit de se recentrer sur soi, il suffit d’Être et de se mettre en harmonie avec le début de la Vie qui se développe en soi : simplissime et purement magique !!

Outre le suivi classique de la grossesse, le recours aux médecines douces trouve tout son intérêt en raison de l’absence d’effets secondaires.

Naturopathie, phytothérapie, ostéopathie, acupuncture, yoga prénatal, massages… le choix est vaste ! La seule condition étant de bien vérifier leur adaptation au stade de la grossesse.

L’apport des soins énergétiques
Les soins énergétiques naturels sont également d’un grand intérêt, parfois même d’un grand secours. Ils prouvent leur efficacité tout en subtilité et en douceur, respectent les traitements en cours sans interactions gênantes, bien au contraire. Ils agissent sur le « terrain » qu’ils contribuent grandement à améliorer.

Le recours au Reiki traditionnel, en particulier, permet un apport énergétique apaisant, revitalisant et rééquilibrant tout à la fois.
Tel une onde douce et bienfaisante qui diffuse dans tout le corps, il procure une apaisante sensation d’harmonie à tout moment lors de la grossesse.

En conclusion :
Ne pas désespérer de (re)trouver l’équilibre antérieur et la stabilité émotionnelle « d’avant ».  Si vous en avez besoin, consultez de bons thérapeutes et privilégiez ceux qui œuvrent dans le cadre des médecines douces.

Et prenez soin de vous, ralentissez votre rythme, posez-vous, respirez, chouchoutez-vous !
Afin de vous retrouver en harmonie totale avec qui vous Êtes et en osmose avec cette merveilleuse métamorphose à l’œuvre au cœur et au creux de vous.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire