,

Le Sommeil de Bébé – Les causes (3/4)

Nous avons vu précédemment qu’un trouble du sommeil était représenté par des difficultés d’endormissement, réveils nocturnes ou très matinaux ou encore les difficultés de ré-endormissement. Plusieurs causes peuvent être incriminées justifiant ces difficultés.

  1. Les causes médicales : neurologique, digestive, ORL, apnée du sommeil…

Devant toutes problématiques de sommeil, il vous faut tout d’abord consulter votre médecin.

  1. Le causes psychogènes : ces petits bouts sont de vrais éponges et les

tensions accumulées dans la journées ainsi que les contrariétés conditionnent leur qualité de sommeil. Dans les origines psychogènes possibles, nous retrouvons des problèmes liés à la relation affective entre l’enfant et ses parents comme l’indifférence ou surprotection, anxiété ou rigidité parentale.

Les manifestations de ces troubles sont caractérisées par l’apparition de parasomnies :

  • Terreurs nocturnes :

Les terreurs nocturnes apparaissent avant 4 ans et concernent environ 40% des moins de 6 ans.

En première partie de nuit, votre enfant hurle, pleure, sue et est inconsolable. Ceci s’explique par le fait que votre enfant est endormi. Rien ne sert de le réveiller car il sera dans l’incapacité de vous matérialiser l’évènement et se retrouvera encore plus confus. Cela peut se manifester chez un enfant en manque de sommeil (réinstaurer des siestes temporairement peut être une solution) ou peut témoigner d’un conflit. Ce dernier n’est pas toujours évident à identifier, surtout que votre enfant n’aura aucun souvenir de sa terreur. Identifiez dans le quotidien les angoisses ou stress qu’il exprime et trouvez ensemble une solution pour le rassurer.

  • Cauchemars :

Très fréquents entre 3 et 6 ans, ils surviendront préférentiellement en deuxième partie de nuit. Il met en scène ces peurs et peut donc être en lien avec des énurésie (ou pipi au lit, voir les conseils hygiéno-diététiques à suivre ici : https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/pipi-lit-enuresie/bons-reflexes). Votre enfant est réveillé, écoutez le et rassurez le. Trouvez un moment calme dans la journée pour qu’il le verbalise ce qui vous aidera à identifier ces peurs afin de mieux les surmonter.

  • Somnambulisme :

Peu fréquent dans la petite enfance mais devenant plus courant avec l’âge. Il concernerait 15% des 4-12 ans. Possiblement héréditaire, il est généralement en lien avec une grande séparation (agrandissement de la fratrie, début de la marche, reprise du travail de la personne référente, rentrée en crèche)

  1. L’environnement :
  • Non respect du rythme naturel de l’enfant ou irrégularité des horaires
  • Température

–    Chambre inconfortable

–    Changement de lieu

–    Absence de ritualisation du coucher.

  1. Causes somatiques :

Les raisons corporelles pouvant dérégler le sommeil sont difficilement décelables directement car sourdes et généralement occultées par d’autres facteurs. Certaines pathologies récurrentes chez l’enfant comme des troubles ORL et digestives ont de grandes conséquences (causé par la médicamentation répétée et la fragilisation des systèmes en question) et peuvent perturber ses cycles. Ainsi, l’enfant pourra présenter un inconfort consécutif à ces pathologies chroniques, non résorbable par la médecine allopathique puisqu’il n’y a pas de signes francs. Son équilibre intérieur est déstabilisé et un déséquilibre global des systèmes s’installe affectant par la même occasion le sommeil.

Les tensions corporelles et les poussées dentaires influences également cela et peuvent générer beaucoup d’inconfort.

De plus, le type de ventilation de votre enfant est primordial. Il est ouvertement reconnu que le nourrisson ainsi que l’adulte doivent respirer par le nez. Ceci permet le réchauffement, la purification et l’humidification de l’air, nécessaire à la protection du corps et à l’oxygénation du cerveau. Avec la croissance crânienne, il peut arriver que la structure nasale ne permettent plus à l’air de passer. La cavité buccale prend alors le relais. Le sommeil devient laborieux et non réparateur avec des somnolences diurnes et un enfant toujours fatigué (sans parler des répercussions sur le système orthodontique…).

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire