,

Le désir de devenir parents

En psychanalyse, « La parentalité, à la différence de la parenté, est un processus psychique et non biologique, qui s’amorce chez la future mère lorsqu’elle comprend qu’elle est enceinte. Ce phénomène concerne également le futur père souvent de façon plus tardive. » Elle commence avec le désir d’enfant et se cristallise avec la parentalisation que l’enfant fait de ses parents.

Alors, devenir parent, qu’est-ce que cela signifie ? Comment se fait ce déclic entre le moment où une femme tombe enceinte et celui ou elle se considère comme « parent »? Si pour certaines femmes cette transition se fait rapidement, qu’est-ce qui fait que pour d’autres ce n’est pas le cas ? Et si pour la femme cette parentalité se produit quand elle comprend qu’elle est enceinte, qu’en est-il du père ? Qu’en est-il des parents qui adoptent ?

Autant de questions, sans qu’il n’y ait de réponse, ou plutôt autant de réponses qu’il peut y avoir d’individus, la réalité de chaque personne étant conditionnée par nos systèmes de croyances, nos perceptions, nos valeurs….

Et puis, est-ce que l’on devient parent, comme ça, subitement, ou est-ce qu’on construit sa parentalité à mesure que l’enfant grandit?

Babeth, 41 ans, consulte car elle vient d’adopter un enfant qui a quelques mois. Elle vit depuis avec une obsession, elle ne ressent pas sa «parentalité », elle ne se ressent pas mère. Elle pense que cela vient du fait qu’elle n’a pas mis cet enfant au monde et demande à recréer, de manière symbolique, un accouchement. N’est-ce pas créer un faux souvenir ? Est-ce cela qu’elle veut, vivre sur un mensonge pour se « ressentir mère »? Même si elle va élever cet enfant, a-t-elle besoin d’être sa mère biologique pour devenir sa mère adoptive ? Après un long travail de recadrage sur sa perception et son objectif, elle comprend finalement que toutes ces croyances ne sont que des croyances, qui la limitaient jusqu’à présent dans son fonctionnement. Elle va alors développer une nouvelle perception, qu’être mère ne dépend pas d’une capacité physiologique a donné la vie, mais de la capacité d’élever, d’éduquer, de pourvoir aux besoins, de donner de l’amour, d’être présente pour son enfant, tout au long du reste de sa vie. Ses pensées obsessionnelles vont se calmer, puis disparaitre. Elle va retrouver le sommeil, une paix intérieure. Son comportement va en être transformé et elle va même commencer à ressentir un lien, qu’elle décrit comme unique, qui se tisse entre elle et Luka (son fils). Et lors de sa dernière séance, elle repart avec cette métaphore d’un lien qui va continuer de se tisser, avec parfois des noeuds qu’il faudra dénouer, parfois des temps de pause dans le tissage, et le reste du temps, un renforcement du tissu à mesure que les mains continueront ce travail de tout instant….

Exercice d’auto-hypnose pour créer le lien avec son bébé pendant la grossesse :

Installez-vous dans un lieu calme et fermez les yeux. Posez votre main sur votre ventre et concentrez-vous sur la sensation de ce contact, puis sur les sons que vous pouvez entendre qui viennent de bébé. Imaginez une connexion qui peut naitre de ce contact (cela peut apparaitre comme une image, un mot, une pensée, une sensation…). Puis, laissez-venir à vous une métaphore de ce lien, en imaginant « le lien avec mon bébé, c’est comme… » (par exemple, dans le cas de Babeth, un lien en tissu qui se tisse à mesure que ce lien se renforce). Prenez le temps d’observer ce lien métaphorique (sa forme, sa taille, sa couleur, sa texture, son odeur, son goût, sa température…. toutes les modalités de ce qui le compose pour le rendre le plus concret possible). Puis, demandez à votre inconscient de ranger ce lien précieux à l’intérieur d’un coffre-fort afin de la préserver. Vous pourrez vous y reconnecter à chaque fois que vous en aurez envie et ce, même si au cours du temps qui passe, il évoluera avec vous.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire