,

La vie de l’enfant à l’âge d’internet

Aujourd’hui, nous assistons à un nouveau phénomène : la sur-exposition de l’image de l’enfant à travers les médias. Photographies et vidéos de petits de tous âges sont mises en ligne par leurs parents ou par leurs familiers, de sorte qu’un nombre souvent très élevé de personnes peut accéder à la vie privée de l’enfant. Autrefois le quotidien du petit était partagé avec les plus proches -familiers, voisins, amis -. Il y avait ainsi de vrais (c’est à dire réels, non virtuels) contextes relationnels privilégiés. Ceux-ci formaient, avec la cellule familiale, une communauté d’appartenance, dans laquelle l’enfant, en se sentant protégé et accompagné, s’insérait et grandissait. Son image, prise en photo, n’était partagée qu’avec son entourage par les albums-souvenirs.

Aujourd’hui, nombreux sont les parents qui partagent la vie quotidienne de leurs enfants dans leur propre réseau virtuel. Un réseau parfois hypertrophié, qui ne correspond pas forcement à la communauté d’appartenance réelle du petit, et qui peut, dans certain cas, s’avérer aussi dangereux. Dans le monde anglo-saxon on appelle ça «sharenting», mot-valise qui associe «sharing» (partage) et «parenting» (parental). Nous ne connaissons pas encore les effets à long terme de ce comportement mais nous savons qu’il touche au droit à une vie privée pour l’enfant, tandis qu’une question s’impose : quel sera son vécu, sa réaction, quand il aura grandi, par rapport au partage inconditionné, qui a été fait de sa vie intime dès sa naissance?

Petit exercice : La tribu de mon enfant

Dessinez des visages simples, qui représentent les membres de votre communauté d’appartenance. Amusez vous à les maquiller, comme dans les anciennes tribus indigènes! Vous pouvez aussi leur tracer sur le visage quelque petit détail tiré du réel. Dessinez un nombre maximum de 35 visages. Et n’oubliez pas de vous représenter vous mêmes! Voilà la tribu qui vous accompagne et vous soutient, vous et votre enfant, sur le chemin de la Vie! Voilà les personnes avec qui partager, réellement et/ou virtuellement, le quotidien de votre enfant, sans toucher à son droit à la vie privée.

Un réseau à cultiver, comme la meilleure nourriture relationnelle.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire