,

La Plagiocephalie (partie 2: Causes, Facteurs & Conséquences)

La cause:

La plagiocéphalie a pour origine des contraintes mécaniques appliquées sur le crâne lors de la grossesse, l’accouchement et les positions adoptées par la suite.

Certains chercheurs s’accorderaient à dire que son origine principal reste intra-utérine. Par manque de place (oligoamnios, grossesse gémellaire, bassin maternel trop étroit, sangle abdominale très musclée..) la position du crâne de l’enfant mais aussi l’ensemble de son corps, sont contraints de s’adapter en prenant un certain positionnement. Bien entendu, les accouchements qui ont nécessité des instruments tel que le forceps ou la ventouse ne feront que renforcer ce déséquilibre.

Chaque enfant s’est développé in-utéro autour d’un patron structurel qui lui est propre. Ce dernier peut être à l’origine de positions préférentielles chez les nouveaux-nés qui sont réversibles par simple mobilisation et qui ne constitue pas un obstacle au bon développement de votre enfant.

Les facteurs de risques:

  • Intra-utérin: position fœtale (siège), grossesse gémellaire, anomalie utérine, manque de liquide amniotique (oligoamnios), engagement précoce…
  • A l’accouchement: Utilisation d’instruments avec appuis important sur le crâne, céphalo-hématome, bosse sero-sanguine…
  • Après la naissance:

–   Position allongée sur le dos prolongée: bien que recommandée par l’OMS en faveur de la campagne contre la mort subite du nourrisson, elle est a limiter pendant les périodes d’éveil.

–   Le torticolis congénital (à différencier d’une attitude de tête ou d’une position préférentielle) maintient la tête, par raccourcissement des muscles du cou, dans une position empêchant votre enfant de tourner la tête et donc d’équilibrer les appuis sur l’ensemble du crâne. C’est pour cela que celui-ci est retrouvé dans 1/3 des plagiocéphalies.

Conséquence et évolution:

  • Esthétiques: Chez les adolescents entre 12 et 17 ans, on retrouve ainsi 2% de déformation du crâne induisant des asymétries de la face présentes chez plus de 38% de ces derniers.
  • Structurelles: ces asymétries faciales se répercutent sur la sphère ORL et peuvent avoir comme conséquences:
  • un strabisme persistant
  • une déviation de la cloison nasale
  • des troubles de l’articulation temporo-mandibulaire qui s’en retrouvera désaxée, empêchant une succion,déglutition,articulé dentaire ou encore élocution optimale.

En outre, ces déformations crâniennes pourraient expliquer une part des scolioses que l’on retrouve à l’adolescence et qui d’un point de vue médical, n’ont pas trouvé jusqu’alors d’explications valables.

  • Neurologiques: Certaines études mettent en évidence le lien entre plagiocéphalie et:
  • la diminution de certaines compétences motrices.
  • un coefficients de développement et de performances cognitives jugés moins bons chez des enfants de 18 et 36 mois.
  • une modification du traitement central du son.

Cependant, ces études sont récentes et sont à prendre avec recul puisque la majorité des enfants présentant une plagiocéphalie ont un développement psycho-moteur et neuro-moteur typique.

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire