,

Faire le deuil du désir de maternité

Un cas particulier du désir est celui du renoncement au désir de devenir mère. C’est un aspect de la périnatalité auquel aucune femme ne souhaite être confronté. Pourtant, c’est une triste et douloureuse réalité pour certaines.

Un deuil peut se faire à différentes étapes du processus. Il y a le deuil de la maternité quand une femme découvre qu’elle est stérile ou infertile, que le temps a passé et qu’il est trop tard pour enfanter, ou encore que son mari/compagnon ne souhaite pas avoir d’enfant. Il y a les deuils qui se font pendant la grossesse, soit au cours d’un avortement pour les grossesses non désirées, soit en cas de perte du foetus ou tout autre problème survenant pendant cette période. Il y a le deuil de la naissance pour les enfants morts-nés ou encore qui ne survivent pas après l’accouchement. Enfin, il y a la perte d’un bébé qui fait déjà partie de ce monde et disparait trop précocement. Alors comment parvenir à surmonter une telle douleur ? Une telle perte ? Est-ce possible ? C’est un apprentissage que d’apprendre à gérer la douleur, la perte, le manque, parfois d’autres sentiments comme la culpabilité, la colère….

Magali, 49 ans, décide de débuter un travail en hypnose car, après deux tentatives de FIV échouées, elle commence à s’interroger sur sa persévérance à devenir mère à son âge. Elle consulte tout d’abord pour arriver à prendre une décision. Continuer et tenter une troisième fois coûte que coûte, ou faire le deuil de la maternité. Après un premier travail en ce sens, elle comprend qu’elle est en réalité venue à l’hypnose pour faire le deuil. C’est douloureux. C’est difficile. Pourtant, elle a bien conscience de son âge. Derrière son besoin de devenir mère, deux peurs fondamentales. Mourir seule et ne pas pouvoir transmettre. La transmission est une valeur très forte chez Magali. Elle va avancer sur cette croyance d’un grand bond quand elle découvre que finalement, transmettre, ce n’est pas lié à la filiation et qu’elle peut le faire de bien d’autres manières. Alors, reste la peur de mourir seule, sans personne pour s’occuper d’elle. Là aussi sa perception va être radicalement changée quand elle découvre que faire un enfant ne garantit pas qu’il sera reconnaissant et s’occupera de vous une fois vieux et grabataire. Elle réalise soudain, comme si cela n’avait pas été évident jusqu’alors, caché par sa profonde peur, que ses soeurs, dont elle est très proche, seront elles, toujours là. Elle va transformer ces nouvelles croyances en une perception tout à fait adaptée à sa situation et les raisons profondes qui la poussait à devenir mère en deviendront obsolètes. C’est étonnant d’observer comment chaque personne peut trouver une perception qui permet de recomposer différemment dans une même réalité, sans que cela ne soit même plus douloureux ou difficile…

Exercices d’auto-hypnose pour apprendre à se dissocier d’une émotion:

Installez-vous au calme, debout, les yeux ouverts pour commencer. Choisissez face à vous, sur un mur (ou un objet), un point à fixer. Imaginez un lien entre vos yeux et ce point. Prenez le temps d’observer ce point : sa taille, sa forme, sa couleur, l’endroit où il est situé… Restez debout, les yeux fixés sur ce point, jusqu’à sentir une défocalisation (dilatation des pupilles, point qui devient flou ou des tâches qui peuvent même apparaitre et troubler la vision). A ce moment-là, fermez les yeux. Pensez à une émotion négative qui vous dérange. Ressentez-la brièvement en vous concentrant sur la localisation de celle-ci dans votre corps, sa couleur, sa forme, sa température, sa taille… Toutes les modalités de cette émotion.

Imaginez ensuite qu’une partie de vous (comme un avatar), peut faire un pas en arrière et « sortir » de votre corps pour se placer derrière lui. Puis, en tant que cet avatar , faites le tour de ce corps et observez-le sous tous ses angles. Comment ce corps se tient ? Comment il est en équilibre ou en léger balancement d’avant en arrière ? Comment ce corps est habillé ? etc…

Comment est l’émotion quand vous n’êtes plus dans ce corps ?

Rentrez alors de nouveau à l’intérieur de votre corps. Comment ce ressenti a changé ?

Les prochaines fois que cette émotion se manifestera, imaginez faire ce pas en arrière pour sortir de ce corps / de cette émotion et observer comment cela change votre ressenti.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire