,

Arrêter de fumer quand bébé s’annonce

Quelques mots sur le tabac…

Les méfaits du tabac sont nombreux, et la femme enceinte n’y échappe pas. Tout d’abord, le tabagisme peut augmenter le délai de la conception et avoir un impact sur la fécondité. Puis, une fois bébé conçu, on entend souvent dire qu’il vaut mieux qu’une femme s’autorise à fumer quelques cigarettes plutôt que de se stresser à cause d’un sevrage. Evidemment, c’est faux. De plus, les conséquences sur la grossesse sont réelles (risque de faire une grossesse extra-utérine, une fausse couche, une naissance prématurée…).

La gynécologue – tabacologue d’une cliente, qui avait l’idée que quelques cigarettes valaient mieux que du stress, lui a expliqué un jour, qu’exposer bébé à une cigarette, c’était comme de lui mettre la tête sous un pot d’échappement de voiture au démarrage. Ce fut assez radical comme méthode puisqu’elle n’a plus fumé ensuite.

Évidemment, ce n’est pas toujours aussi facile, et si la volonté était suffisante, cela se saurait… Alors, pour toutes les futures mamans qui souhaitent arrêter de fumer, il existe plusieurs possibilités. Parmi celles-ci, l’hypnose tient une place prépondérante, puisqu’à ce jour, c’est l’une des techniques les plus efficaces pour l’arrêt du tabac (Taux de réussite moyen : chewing-gums 10 % ; patchs 14 %, médicaments 20 %,’acupuncture 15 %, TCC 27%, hypnose 77 %…. et tous ne sont pas recommandés pour la femme enceinte, il est nécessaire de consulter un médecin pour avis).

Alors qu’est-ce qui fait que la volonté n’est pas suffisante ? Souvent, le comportement tabac est lié à des habitudes, prisent il y a longtemps, qui répondent à un besoin (les fumeurs commencent souvent pour appartenir à un groupe, par rébellion, pour le coté interdit…). Et, même si plus tard ces besoins ont été remplis ou dépassés, les habitudes restent, et les liens qui avaient été créer par l’inconscient entre la cigarette et ce à quoi elle sert (gestion des émotions négatives, du stress, moments conviviaux ou de pause détente…) perdurent et maintiennent le comportement. Parfois, le non arrêt peut aussi être lié au risque du changement, aux inconvénients, aux peurs (peur du manque, peur de prendre du poids, peur de s’enlever un plaisir, peur de ne pas savoir gérer le stress autrement, peur que ce soit difficile…). Les motivations pour arrêter ce comportement peuvent être nombreuses, et d’autant plus quand une femme attend un enfant, puisque fumer ne la concerne plus seulement elle, mais aussi son futur enfant. C’est un levier puissant de motivation qui va être utilisé en hypnose.

Exemple d’une cliente…

Aurélie, est une jeune femme de 20 ans. Elle vient de tomber enceinte de son compagnon, alors qu’ils ne sont ensemble que depuis quelques mois et que la conception n’était pas prévue au programme. Quand elle vient me voir, elle explique qu’elle et son compagnon ont décidé de garder le bébé et qu’elle veut donc arrêter de fumer. Elle fume depuis 7 ans, un paquet par jour. Elle a rencontré des difficultés pendant son enfance puisqu’elle était en surpoids de 20 kg. Elle ne cache donc pas sa peur de prendre du poids pendant la grossesse, et d’autant plus si elle ne peut pas s’appuyer sur « son amie » la cigarette. D’un autre coté, son compagnon ne lui facilite pas la tâche, lui reprochant de ne pas déjà avoir arrêté. Après avoir été cherché les leviers de motivations qui la concerne, à savoir la peur d’un enfant en mauvaise santé et la peur d’être une mauvaise mère, le travail a consisté à dépasser les peurs liés au changement, le poids notamment. Elle a changé la représentation de son image d’elle en accueillant le moment de la grossesse comme une « parenthèse enchantée », lui permettant de s’octroyer du bonheur au travers différentes activités (y compris l’alimentation qu’elle redoutait), avec l’idée que tout ce qu’elle mettait en oeuvre de bon pour elle était aussi bon pour son bébé. Ce travail lui a permis de dépasser ses peurs d’être une mauvaise mère (ce qui est bon pour elle étant bon pour bébé, « je suis une bonne mère  en prenant soin de moi ».) ; sa peur de prendre du poids en s’autorisant à en prendre comme un cocon pour bébé le temps de la grossesse (tout en négociant avec son inconscient pour que ce temps soit bien cadré). Finalement, à part dans les cinq premières minutes pour prendre de l’information, le travail s’est vite orienté sur l’image de soi en tant que femme, puis en tant que mère. Une fois ce travail arrivé à terme, la cigarette étant finalement qu’une conséquence de ces peurs, l’arrêt s’est fait naturellement et sans effort.

Exercice pour déterminer ce qui vous empêche encore d’arrêter de fumer…

Prenez une heure de votre temps et installez-vous confortablement avec une feuille et un crayon. Tracez trois colonnes sur votre feuille. Notez dans la première colonne les raisons pour lesquelles vous vous rappelez avoir commencé à fumer. Notez dans la seconde colonne tous les avantages que vous avez à arrêter de fumer. En prenant chacun de ces avantages, prenez le temps de vous imaginer, comme si vous ne fumiez déjà plus, dans votre environnement, quand cet avantage est présent. Prenez le temps de ressentir tout ce que ça crée chez vous en terme de sensations dans le corps. Après avoir effectué cette étape pour chaque avantage, rayer ceux pour lesquels vous n’avez pas senti de sensations ou d’émotions en y pensant (c’est qu’ils ne sont qu’intellectuels). Notez dans la troisième colonne, les inconvénients à arrêter de fumer (ils ne sont pas toujours évidents consciemment, et cette étape nécessitera une plus longue introspection). Ce tableau est la première étape de votre changement. Parfois, cela peut déjà avoir un effet. Parfois, il sera intéressant de le compléter par des séances d’auto-hypnose ou d’accompagnement en cabinet…

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire